Recherche
Le blog du pays d'Evian - vallée d'Abondance > Vivez > J’ai testé pour vous… le ski de randonnée à Abondance

J’ai testé pour vous… le ski de randonnée à Abondance

Réservé auparavant à des skieurs engagés et affutés, le ski de randonnée s’est démocratisé pour permettre à des skieurs au profil plus « loisir » de goûter à cette sensation de liberté en pleine nature. Direction la charmante station d’Abondance pour tester l’un de ses trois itinéraires de ski de randonnée !

La température est probablement encore négative mais le soleil commence tout juste à pointer au-dessus des montagnes. Pas un nuage ne viendra encore obstrué ce bleu intense aujourd’hui. Nous sommes un vendredi de janvier, les enfants à l’école et les parents, pour la plupart, au travail (ou en télétravail vu le contexte!). Un moment privilégié donc pour venir découvrir l’un des trois itinéraires de ski de randonnée d’Abondance balisé et s’approprier pleinement l’environnement.

Un premier stop au cœur d’Abondance pour s’équiper

La journée a commencé un tout petit plus tôt par un stop au cœur du village chez Johann Sports. L’occasion de m’équiper pour la sortie à venir en chaussures de ski de randonnée, skis, peaux et bâtons. A cette heure-ci, je fais sans surprise l’ouverture du magasin accueillie par l’adorable chiot « mascotte » de la maison, Snow. En bon skiman investi, Jérémy se charge de m’orienter vers le matériel le plus adapté au regard de l’itinéraire, de mon niveau et mes envies. Des conseils précieux sur son utilisation, une vérification des fixations, des peaux.. mais également des infos utiles dispensées sur la qualité de la neige et du parcours à venir.

Le matos

– Des chaussures similaires à celles de l’alpin mais plus légères et plus souples. Celles-ci possèdent deux positions « Walk » pour la montée et « Ski », pour plus de rigidité pour la descente.

– Des skis spécifiques à la randonnée qui permettent d’y fixer des « peaux de phoque » en référence aux matières utilisées par les premiers adeptes de ce moyen de locomotion, les Inuits et autres, mais qui sont, je vous rassure désormais, en synthétique. Elles sont encollées et fixées sous les spatules à la montée pour permettre de grimper sans glisser puis enlevées au sommet afin de pouvoir skier comme en alpin lors de la descente.

– Des fixations dédiées elles aussi sur les skis qui permettent de décoller le talon à la montée et d’avoir un mouvement ainsi plus fluide et plus proche de celui de la marche. Arrivé en haut, une petite manipulation et l’arrière de la chaussure s’emboite pour voir la totalité pour être fixée complètement comme en alpin.

– Des bâtons similaires aux bâtons d’alpin, légèrement plus grands pour aider à la traction en montée.

Une ascension en deux temps

Me voilà donc parfaitement équipée pour rejoindre au pied de la télécabine Caroline, de l’office de tourisme du coin qui m’accompagne sur ce bel itinéraire. Direction donc la pointe des Follys en empruntant un sentier tracé et balisé spécialement pour le ski de rando qui serpente rapidement en forêt et se montre assez pentue pour rejoindre les pistes de ski. Parvenues au niveau du haut de la télécabine, nous avons englouti le plus gros du dénivelé (550m de dénivelé positif). Mais le plus beau des panoramas est à venir ! Pour une découverte ou pour rendre bien plus accessible la sortie, une astuce d’ailleurs : emprunter la télécabine pour rejoindre directement le deuxième tronçon d’un peu plus de 290m de dénivelé.

Et soudain la récompense d’un panorama sublime

Sans grande difficulté, cette deuxième partie file à droite des pistes d’alpin jusqu’à la pointe des Follys. Là encore, pas d’erreur possible, il suffit de se laisser guider par les panneaux dédiés aux itinéraires skis de rando. Une petite pause pour s’hydrater -et enlever une couche de vêtement par la même occasion- au cœur des chalets d’alpage et on entame l’ascension vers les crêtes. Parce que définitivement, l’idée est d’appréhender la sortie comme une balade découverte plus que comme une montée chronométrée, nous prenons, Caroline et moi, le temps de lever la tête pour découvrir, mètre après mètre, les panoramas qui commencent à se dévoiler sous nos yeux.

En contrebas bientôt, toute la vallée d’Abondance qui se dévoile dominée tout autour par des points de vue impressionnants  sur les Cornettes de Bise, Le Mont de Grange, la crête du Mont Chauffé ou encore les Hélvétiques Dents du midi… Mais également par l’incursion d’un invité dont on ne se lasse jamais dans la région : le lac Léman qui apparaît au loin. On longe alors les crêtes en gardant toujours un œil sur la belle tâche bleutée qui nous accompagne. Et avec un tel paysage, on aurait presque souhaité que cette belle ascension se poursuive. Nous voilà donc à la Pointe des Follys, au sommet du téléski Grand Frémoux après 744m de dénivelé positif.

Rapide mais encore plus savoureuse descente

Une table en bois avec vue est à disposition pour ceux qui auraient eu la bonne idée de monter le pique nique. Ce sera pour une prochaine fois de notre côté… d’autant qu’il n’est même pas l’heure, encore, de l’apéro ! Pour la prochaine fois, aussi, je garde en tête cette proposition de Caroline d’ajouter à ce parcours une boucle vers la pointe de la Croix, non balisée, elle, mais sans difficulté majeure.

Ne reste alors plus qu’à ôter les peaux des skis pour les ranger soigneusement dans le sac, changer la position des chaussures, et insérer l’arrière de la chaussure sur les fixations pour aborder la descente. Enfin presque : mieux vaut avant de savourer la descente penser, également, à enfiler de nouveau les couches de vêtement dont on s’est délesté petit à petit pendant l’effort de la montée ! C’est parti ensuite pour une session façon ski alpin, bien plus courte que la montée certes mais qui prend une toute autre saveur avec ce sentiment d’être encore plus méritée que lorsqu’on s’est hissé tout là haut en remontées mécaniques…

Itinéraires de ski de rando à Abondance

La Relais jusqu’à la pointe des Follys

Difficulté : niveau rouge avec 744 m de dénivelé + au départ du télécabine dans le village, niveau vert à l’arrivée de celui-ci avec 294m de dénivelé +

Pour qui ? Les skieurs qui ont envie de s’offrir une expérience différente d’une journée sur les pistes sans pour autant s’engager sur un terrain de hors pistes avec les connaissances, difficultés techniques et équipements que cela nécessite.

Pourquoi on aime ? C’est une manière accessible et sans danger de découvrir la discipline en alternant une phase mêlant effort d’endurance, découverte en pleine nature similaire à la raquette ou à la randonnée pédestre estivale pour terminer sur une courte phase de descente par les pistes. Une autre discipline aussi à tester cet hiver sur ces itinéraires : le snooc !

Un conseil : éviter de s’habiller avec une tenue de ski alpin qui va être trop chaude et parfois inconfortable pour la montée et davantage se tourner vers un pantalon épais de randonnée pédestre. Mais prévoir plusieurs couches (doudoune compressible, veste coupe-vent, moufles…) dans le sac pour pouvoir les enfiler et profiter pleinement de la descente).

Une recommandation : la montée engage une dépense énergétique non négligeable donc ne pas hésiter à prévoir dans le sac à dos de quoi s’hydrater et s’alimenter. 

7 février 2022 - par Mélanie Pontet

Cet article vous a t'il plu ?

Cliquer sur une étoile pour donner votre avis

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote : 0

Soyez le premier à donner votre avis !

Partagez-cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous êtes curieux?